Discography

Solo/Duo

(for more info click on the images)

April 2018

Release 20.04.2018

Jadran Duncumb (Baroque lute) on Audax Records

Weiss and Hasse – Lute Sonatas

Click on image for more info and a taster track! Available for pre-order already from Audax. For a 5 Euro discount, use the codeword: TABLATURE

October 2017 

Bach & Weiss

Johannes Pramsohler (baroque violin)/Jadran Duncumb (baroque lute) – Audax Records

Solo suites by Bach and Weiss and the Suite BWV1025 for lute and violin

Nominated for the German Record Critics Award 2018 and for the International Classical Music Award

CD of the month in Japanese Record Geijutsu

“The entire programme is exquisitely played.” Pizzicato Magazine

“From the very first note this CD enthrals not only with a luxuriously beautiful sound but with an exciting balance of freedom and precision. An exquisite album.” Frankfurter Allgemeine

“Die Aufnahme besticht durch Präzision und der zurückgenommene Klangcharakter beeindruckt tief.”
5 KKKKK vom RBB

“Pour l’audace de ses choix, pour sa variété, pour la fermeté de son assise technique, ce disque propose quelque chose d’original, de plaisant et de stimulant.” Le Babillard

“A well-planned disc by two performers at the top of their game.” Musicweb-international

Ein wunderbar stimmiges Album… so ein Zeitgenosse!” CD-Tipp from Bayerische Rundfunk

Excepcional – Scherzo Magazine, Spain

Assassini, Assassinati

Kinga Ujszaszi (baroque violin)/Jadran Duncumb (theorbo) – Ambronay Editions

Music by Albertini, Mealli, Stradella, Castaldi..

“The minimalistic approach goes against today’s trend of large stage formations for this music – where if possible, in addition to a cembalo, a dulcimer, an organ and a bit of exotic percussion are welcome. This can be nice, but also their way has something going for it. The recorded sound, where almost every breath is heard gives the impression that one is completely alone in the room with the musicians. With Kinga Ujszaszi’s wonerfully flexible violin playing, and Jadran Duncumb’s unbelievably imaginative theorbo playing – his instrument at times radiating ethereally, at times raspingly marking the basses: with this wealth of plucking and ‘beating’ techniques techniques, one at no point misses a harpsichord or cello, and can simply enjoy their togetherness!” – Doris Blaich, SWR2 on Assassini, Assassinati

“Their very first disc is a winner in every respect!” – Johan van Veen, Musicweb International

5 Diapasons, “La violiniste assume les exigences de virtuosité, pourtant paroxytiques, de ces compositions éminemment ‘baroques’, tout en contrastes, surprises et hardiesses d’ecriture. Le théorbiste, qui construit donc son continuo sans l’appoint d’une basse d’archet, fait preuve d’une présence, d’une réactivité dynamique, d’une vitalité rythmique et d’une invention contrapuntique au-dessus de tout éloge. […] Longue vie a Repicco!” – Denis Morrier, Diapason

Les partis-pris interprétatifs du duo, originaux et assumés, tout en nuances, sont d’une expressivité saisissante. Alors que l’on n’entend que rarement la basse continue réduite au seul théorbe, surtout dans la musique italienne où il est de coutume de proposer un continuo généreux, Jadran Duncumb « remplit » seul la ligne de basse, proposant tantôt des cascades d’accords roboratifs, tantôt un battutoqui fait penser à la guitare, tantôt une réalisation minimale qui s’habille quelquefois d’ingénieuses transitions, de formules de reprise de la mélodie du violon, d’échos, de contrechants, à tel point qu’on se demande en l’écoutant comment il parvient techniquement à faire sonner son instrument de façon si complexe, en mêlant à la tessiture habituelle de l’instrument son extrême aigu, rarement utilisé dans l’accompagnement. En effet, l’on sait combien il est difficile de réaliser certaines lignes de basse au théorbe, instrument qui n’offre pas les mêmes facilités de réalisation qu’un instrument à clavier. Ici, toute difficulté passe inaperçue, comme si sa partie avait été écrite en tablature et qu’il n’avait qu’à la jouer : nous reviendrons toujours à la sprezzatura…

Ces trouvailles d’accompagnement soutiennent le violon séducteur de Kinga Ujszászi, précis, extrêmement juste, jamais criard dans son registre aigu, et surtout extrêmement éloquent : il n’est pas un trait qui ne soit pensé pour toucher, pour saisir, pour dérouter. L’on se prend à rêver à un archet acrobatique — alternant enflés, sons retenus, bariolages enrobants — propre à alimenter on ne sait quel « éloge de la main »… C’est, à n’en point douter, le sien, qui crée véritablement, avec malice ou sens dramatique, des ambiances.”  – Wissâm Feuillet, Le Babillard

Chamber groups

Recordare Venezia

Barokkanerne – Lawo Classics

Venetian sonatas and concertos by Vivaldi, Legrenzi, Marini and Castello

Airs Sérieux – Jean Baptiste de Bousset

Le Jardin Secret, Elizabeth Dobbin – Fuga Libera

Montanari – Violin Concertos

Ensemble Diderot, Johannes Pramsohler – Audax Records